Let’s dance again – mais en pensée pour le moment.

Texte Philipp Gmür Illustration Kornel Stadler

Les règles imposées pour endiguer la pandémie bouleversent actuellement bien des habitudes. Les bureaux sont vides. On nous demande de rester à la maison. Le lieu de repli qu’est normalement la sphère privée devient un poste de travail ou une salle d’étude. La chambre d’enfant est réquisitionnée pour le télétravail: les ours en peluche et les playstations remplacent le tableau de conférence et les classeurs. La salle à manger est dédiée à l’école à domicile et, au pire, l’un des parents vit reclus dans la chambre à coucher pour cause de quarantaine … Et «big brother is watching you» en permanence. Les collègues de travail se rencontrent par vidéoconférence, ce qui leur permet d’avoir une vue imprenable sur le désordre de la cuisine ou de s’étonner du T-shirt délavé devenu la nouvelle tenue de travail. Notre fille a dû se filmer avec son iPhone lorsqu’elle a passé ses examens universitaires à la maison, assise devant son ordinateur portable. L’un de mes fils a eu droit à la visite de la police, parce qu’il avait organisé à la fin de l’été une «day dance party» dans notre jardin. On lui a dit que c’était trop bruyant – et c’en a été fini de la fête … Le fait d’être enfermé à la maison tape sur les nerfs des membres de plus d’une famille qui, pour le coup, se prennent à rêver de «distanciation sociale». L’étudiante attend avec impatience le retour dans les amphis et le fêtard la réouverture des boîtes de nuit. C’est le «monde à l’envers», même chez Helvetia: nombreux sont celles et ceux qui, après une longue journée de travail, étaient auparavant heureux de passer une soirée tranquille à la maison, ne pensent à présent qu’à s’échapper de chez eux, revenir au bureau pour pouvoir se concentrer quelques heures sur leur travail et échanger avec les collègues. Celle ou celui qui, au lieu du télétravail ou du bureau mobile, retrouve son vrai bureau, a même le droit d’ôter le masque! Ouf!

Bien cordialement, Philipp Gmür

viva. construire.